Bamboo
Le bambou n'est pas un arbre mais une graminée, de la même famille que le gazon qui pousse dans vos jardins. C'est une herbe qui détient de nombreux records, dont celui de la croissance végétal avec des constatations de croissance de plus de 1 mètre en 24 heures. Le bambou allie la solidité d'un arbre à la flexibilité d'un jonc.
  Tous les bambous ont à la fois des tiges aériennes, qu'on appelle chaumes, comme chez toutes les graminées, et une partie souterraine appelée rhizome qui porte les racines.
   
Le chaume est dans la plupart des cas creux et une cloison au niveau des nœuds fait du chaume une suite de tubes fermés. Les indigènes qui accompagnaient Marco Polo dans les îles Philippines firent un feu de camp avec des chaumes de bambous afin d'éloigner les animaux sauvages. Lors de la combustion, l'air contenu à l'intérieur des tiges creuses se dilata et produisit une détonation : bam bouh ! Cette onomatopée a donné le nom, connu de nos jours, à la plante : bamboo
La jeune pousse, encore tendre, qui sort de terre sans branches ni feuilles, se nomme le turion.
Elle est enveloppée dans une
gaine protectrice.
La gaine du chaume protège la jeune pousse de bambou pendant sa croissance puis tombe et se dessèche au pied du bambou. Certaines sont d'une dureté extrême et utilisées par les chinois pour se confectionner des chaussures
Le chaume est creux, à de rares exceptions près, et segmenté par des noeuds. La distance entre ces noeuds est appelée l'entre-noeud. Une rainure verticale ou une surface aplatie apparaît tout le long de l'entre-noeud. Au moment de la croissance d'une jeune pousse, les bourgeons de branches se forment sous la gaine et celle-ci, en serrant la tige encore tendre, imprime sa trace.
La couleur du chaume varie selon l'espèce (plus de 100 recensée de nos jours), 
elle peut être verte, jaune, noir, rougeâtre, bicolore...
unie ou tachetée.
Les botanistes différencient les différentes espèces de bambous par leur chaume. Certains mesures à peine quelques centimètres, d'autres plusieurs mètres.  
Les feuilles du bambou ont en général une forme allongée, arrondies à la base, effilées au sommet. Elles sont très souvent vertes mais aussi veinées de blanc ou de jaune. Les feuilles s'enroulent, signe d'un manque d'eau ou une trop grande exposition au vent. Celles-ci indiquent la bonne santé du bambou et le feuillage est plus opulent au printemps.

"Chu" est l'idéogramme moderne chinois pour bambou.
En sanskrit "viinu" signifie à la fois "bambou" et "vide".

Faire le vide en soi est une recherche permanente
des moines, artistes et pratiquants d'arts martiaux.
 

Le bambou a de tout temps, été sacré au Japon.
Le titre honorifique conféré autrefois aux empereurs était : Roi du Jardin des bambous...


Légende de la princesse Kaguya-Hime

un pauvre paysan sans enfant découvra un jour un bambou géant et magnifique qu'il décida de couper. Une toute petite fille se trouvait dans le chaume. Le paysan l'emporta et l'éleva tendrement. Elle grandit et devint une belle jeune femme, comblée de tous les dons. Elle fut très vite célèbre dans tout le pays. Cinq jeunes nobles se disputèrent sa main, mais peu émue de leurs propositions, elle fixa à chacun une impossible épreuve et ils abandonnèrent tous. Enfin, l'empereur tomba amoureux de Kahuya-hime. Embarrassée, elle annonça qu'elle ne souhaitait pas se marier et que les anges viendraient la chercher à la pleine lune pour la reconduire dans cet astre, qui était son pays natal.
L'empereur dépêcha deux milles soldats pour l'arrêter. En vain, elle s'échappa dans les cieux en laissant une lettre que l'empereur, après l'avoir lue, commanda de brûler au sommet de la plus haute montagne du pays. Cela fait, la fumée magique persista et la montagne fut désormais connue sous le nom de Fuji, l'immortelle.

sommaire